An experience in early childhood centres in Haiti

The kindergarten « Les Tout Petits d’Alsace » in Strasbourg, where I have been director for the past 8 years, welcomes 80 children, 2 to 6 years old from families coming from around the world. Our structure has a particular focus on multilingualism and classes are divided into four groups: French, French-English and two Franco-German classes. Its educational model is inspired by several pedagogies, adapted to a child’s natural development, to families and to the multiculturality aspects of our structure. The discovery of different cultures and languages, openness to the world, coeducation between children, respect for the rhythm and individuality of each, learning to respect those around us, are the basis of everyday teachings … We usually refer to the kindergarten as a place where we « garden » children, we help them to grow strong roots so that they can become beautiful and big trees wherever they may plant themselves later in the world.

It is within this framework of working in an open and multicultural kindergarten that I have participated for past several years in a partnership between the city of Strasbourg, the French regional authority (GESCOD[i]) and the city of Jacmel (Haiti). Since 2004, one of the main areas of this partnership has been specifically focused on Early Childhood, supported by a private Haitian organisation managing more than 30 pre-school centres in Jacmel, the SGCPJ[ii].

From financial support for construction, financing meals, providing exchanges between educators and directors from Haiti and Strasbourg, to funding volunteers and training programmes, this partnership has grown over the past decade. In the continuity of these actions, I was asked to carry out a mission in Jacmel in October 2017. The objective of my mission was to share best practices with the management and the pedagogical teams in Haïti, and to reinforce the educational practices which focus on taking into account the needs of young children according to their age, and which are adapted to their local context.

 

In order to provide an informed perspective, with a view to sharing, common learning and improvement in the interest of the child, I relied on the SGCPJ’s own knowledge of pedagogy. My aim was to work with existing practices and materials in the centers in order to develop and strengthen them.

During the time I spent in a total of eight pre-school centres and schools, I was struck by the complexity of working conditions and life in Haiti in general. The centers accommodate anywhere from 40 to 80 children between 2 to 5 years per room, supervised by one or two professionals with very little material (few tables, pencils, paper, games … etc.). I was further surprised by the fact that, despite an often-vast outside environment and luxurious vegetation, the professionals did not use material from nature nor venture outside in their daily life with the children.

 

In France, for economic and ecological reasons, and thanks to the development of nature pedagogy, many structures, including « Les Tout Petits d’Alsace », strive to set up projects and activities related to nature.

 

For example, in our kindergarten, we eat organic, local and seasonal food. We work with children in sorting waste, in growing flowers, vegetables, aromatic plants and in gaining awareness about our environment. We use pieces of wood, pretty stones, branches, leaves … etc in play or as material to inspire our artistic creations. Children practice writing with sticks or fingers in the sand.

In Jacmel, even though nature gratuitously surrounds each school centre it is not part of the children’s everyday life. My observations were the following:

-    The children’s lunch-boxes are full of crisps, cakes and chemical juice, yet very sweet mango, coconut, banana grow all around and are free to access.

 

-    Recreation takes place within the classroom and, when it is outdoors, it is often directed. Children have little opportunity to play freely outside, nor to explore on their own the wonders of twigs, small insects and shells.

 

-    Despite the lack in general of materials and supplies, the use of natural objects (wood, seeds, sands) is absent in educational or artistic activities.
This lack of integrating nature in everyday school life can be analyzed in several different ways:

 

-    the fascination and aspiration for the American way-of-life; which could explain the preference for imported food products such as crisps, soft drinks, sodas … but also the general poor knowledge of children’s nutritional needs.

 

-    the missing adequate security around schools and centres, which although would not require a great deal of resources, have not been thought of by local management, educational teams or policy makers.

 

-    the preference for purchased equipment, as perhaps, a sign of professional status and this to the detriment of using natural surrounding material. As well, the lack of interest and commitment to recycling.

 

-    the idea, similarly long entrenched in the European mind-set, that education and learning are done only in a classroom, on school benches, with pencils and sheets of paper, and that students must attentively sit and to listen a teacher teach.

 

In the same way that the use of nature as a third educator for children has taken time to find a place in current French practices, it will take time to bring awareness to the SGCPJ educators about the benefits the wonderful nature surrounding them can bring in their teachings with the children.

However, on my last trip over to Haiti, at the centre Les Lapins, I was able to see that integrating new pedagogies and ideas was possible: Frantces, director of the centre and one of the educators who came to Strasbourg in 2015, took advantage of her French experience and had begun implementing new practices on a daily basis with her team, particularly in terms of nutrition, encouraging parent involvement, and use of nature in the classroom.  At the centre Les Lapins, children now cook every week and make dishes with natural local ingredients for themselves and their families. Furthermore, educators have started using natural grains and other local seeds for young children to pour, decant, measure and play with. The team uses straw, shells or other surrounding objects in their artistic creations with the children, thus bringing elements from their surrounding environment into the classrooms.  More outings to the beach are now organized where children freely play and learn to write in the sand.

Indeed, several projects are in progress, including: bringing awareness to stakeholders (children, parents, educators) to fight against malnutrition notably through cooking workshops, but also with the establishment of a pedagogical gardens.  Moreover, some centers have started introducing children and parents to gardening and to using their own grown vegetables and fruit in their daily diet.

This experience demonstrates how partnerships and openness to the world can be rich and formative for all: We exchange ideas, experiences, we feed on the practices of others and we build new educational models to prepare children as best we can for tomorrow.



[i] GESCOD : Grand Est Solidarités et Coopérations pour le Développement, accompanying projects and partners in decentralised cooperation lead by the public authorities in the eastern region of France, Grand Est.

[ii] SGCPJ : Service de Gestion des Centres Pré-Scolaires de Jacmel

 

 

 

Le jardin d’enfants « Les Tout petits d’Alsace » que je dirige depuis 8 ans accueille, à Strasbourg, 80 enfants de 2 à 6 ans de 15 nationalités différentes, répartis en 4 groupes : un français, un franco-anglais et deux franco-allemand. Son modèle éducatif s’inspire de plusieurs pédagogies, adapté à l’évolution des enfants et des familles et à la multi-culturalité rencontrée dans nos murs. La découverte de différentes cultures et langues, l’ouverture au monde, la coéducation entre enfants, le respect du rythme et de l’individualité de chacun, l’apprentissage du respect de ce(ux) qui nous entoure, sont les grandes lignes de notre pédagogie au quotidien… Nous avons coutume de dire du jardin d’enfants qu’on y « jardine » des enfants, qu’on les aide à se fabriquer de jolies racines solides afin qu’ils puissent devenir de beaux et grands arbres où que soit plus tard leur implantation dans le monde.

C’est dans le cadre de l’ouverture du jardin d’enfants au monde et aux autres cultures que je participe depuis quelques années, au nom du jardin d’enfants, au partenariat entre la ville de Strasbourg, le GESCOD[1] et la ville de Jacmel (Haiti), notamment car l’un des focus de ce partenariat est, depuis 2004, la Petite Enfance, via le soutien à une structure de droit privé gérant plus de 30 centres pré-scolaires à Jacmel, le SGCPJ[2].

D’un soutien financier pour de la construction ou du financement de repas, de séjours d’éducatrices ou directeur du SGCPJ dans les structures strasbourgeoises au financement d’ un poste de volontaire ou de la formation, ce partenariat s’est organisé en plusieurs temps au fil des années. Dans la continuité de ces actions, j’ai été sollicitée en vue de réaliser une mission à Jacmel en octobre 2017 qui avait pour objectif de poursuivre les échanges avec la direction et les équipes pédagogiques du SGCPJ avec pour enjeu central le renforcement d’une pédagogie prenant en compte les besoins des jeunes enfants en fonction de leur âge, adaptée aux réalités de terrain.

La mission visant à apporter un regard extérieur averti et bienveillant, dans une optique de partage, d’apprentissage commun et d’amélioration dans l’intérêt de l’enfant, je me suis appuyée sur le capital existant au sein du SGCPJ, sur les pratiques existantes dans les centres, pour les valoriser et les renforcer.

Ce séjour m’a permis de tisser des liens privilégiés avec 8 centres préscolaires du SGCPJ dans lesquels j’ai pu faire une immersion. En outre, les différentes rencontres et observations, ont été la base d’un temps de formation proposée aux moniteurs du SGCPJ dans les derniers jours de ma mission.

Lors des immersions, ce qui m’a frappée en premier lieu est la complexité des conditions de travail dans ces centres et en Haïti en général. En effet, les centres accueillent entre 40 à 80 enfants de 2 à 5 ans par salle, encadrés par un ou deux professionnels avec très peu de moyens matériels (tableau très petit, peu de crayons, feuilles, jeux…etc.). Pour autant et malgré un environnement souvent vaste et une végétation luxuriante, les professionnels n’utilisent que peu la nature qui les entoure dans leur quotidien avec les enfants. En France, au regard des financements qui s’amoindrissent, par souci d’économie mais aussi d’écologie, et grâce au développement de la pédagogie par la nature, bon nombre de structures, dont « Les Tout petits d’Alsace », s’efforce de mettre en place des projets et activités en lien avec la nature.

Pour exemple, au jardin d’enfants, nous mangeons bio, local et de saison, nous sensibilisons les enfants au tri des déchets, nous cultivons des fleurs, des légumes, des plantes aromatiques et nous utilisons moult bouts de bois, jolies pierres, branches, feuilles…etc pour jouer ou réaliser des créations artistiques ou s’entrainer à écrire (sable).

A Jacmel, dans les centres pré-scolaires que j’ai pu visiter les premiers jours de ma mission, la nature ne fait pas du tout partie du quotidien des enfants, alors même qu’elle les entoure :

-Les enfants ont dans leur lunch-box, des chips ou gâteaux apéritifs et des jus chimiques et très sucrés, alors même que des manguiers, des cocotiers, des bananiers poussent à tous les coins de rue et sont en libre accès.

-Les temps de récréation se déroulent parfois dans la salle de classe et les récréations à l’extérieur sont souvent dirigées. Les enfants ont peu l’occasion de jouer librement dehors et de découvrir les brindilles, petits insectes, coquillages qui les entourent.

-Malgré le manque de matériel et de fourniture, la nature (bois, graines, sables) est très peu utilisée pour les activités pédagogiques ou artistiques.

Ce manque d’utilisation de la nature peut s’analyser de différentes façons :

-l’engouement pour les Etats-Unis et la culture américaine, qui explique la préférence pour les produits alimentaires importés comme les chips, boissons sucrés, sodas… mais aussi la mauvaise connaissance des besoins alimentaires des enfants.

-le peu de sécurisation de certains espaces nature autour des centres, qui ne demanderait pas beaucoup de moyens mais auquel personne n’a jamais songé

-la préférence du matériel acheté au détriment de l’utilisation de ce qui nous entoure et la non-habitude du recyclage.

-l’idée, longtemps ancrée aussi dans les esprits en Europe, que l’éducation et les apprentissages se font uniquement dans une classe, sur les bancs d’école, avec crayon et feuille à écouter un professeur enseigner.

L’utilisation de la nature dans l’éducation des enfants a aussi mis du temps à se faire une place dans les esprits français, il y a donc toute une sensibilisation à faire auprès des éducateurs du SGCPJ pour les amener à utiliser la merveilleuse nature qui les entoure.

Pour autant, la dernière immersion que j’ai pu effectuer, au centre Les Lapins, m’a permis de voir que c’était possible : Frantces, directrice du centre, est une des éducatrices qui est venue en 2015 à Strasbourg en immersion au jardin d’enfants et dans d’autres structures petite enfance. Elle s’est saisie de son expérience française notamment en matière d’équilibre alimentaire, de parentalité et d’utilisation de la nature pour l’adapter et la mettre en œuvre au quotidien avec son équipe : Au centre Les Lapins, les enfants font un atelier cuisine chaque semaine et confectionne un met avec des ingrédients naturels, pour eux et leur famille, les éducatrices utilisent de la semoule ou autres graines pour des activités de transvasement, de la paille, coquillages ou autres pour du collage artistique, des sorties à la plage sont organisées où l’on apprend à écrire dans le sable…etc.

C’est donc à partir de ces actions mises en place par Frantces, de mes observations dans les autres centres et de l’exemple du jardin d’enfants que je dirige, que j’ai tenté, lors du temps de formation de fin de mission, de sensibiliser l’ensemble de l’équipe éducative du SGCPJ à la richesse de la nature et à l’utilisation que l’on pouvait en faire au quotidien avec les enfants, à moindre coût. Et je suis heureuse de constater que, depuis, des actions dans ce sens émergent. En effet, plusieurs projets sont en cours dont : la sensibilisation de toutes les parties prenantes (enfants, parents, éducatrices) à la lutte contre la malnutrition notamment par le biais d’ateliers cuisine, mais aussi  la mise en place d’un jardin pédagogique dans certains centres pour initier enfants et parents au jardinage et à l’utilisation des légumes et fruits cultivés dans l’alimentation quotidienne.

Voilà en quoi les partenariats et ouverture au monde sont toujours riches et formateurs : On échange des idées, des expériences, on se nourrit des pratiques d’autres et on construit de nouveaux modèles éducatifs pour amener au mieux les enfants vers demain.



[1] GESCOD : Grand Est Solidarités et Coopérations pour le Développement, accompagnant et appuyant les partenariats de coopération décentralisée menées par les collectivités du Grand Est

[2] SGCPJ : Service de Gestion des Centres Pré-scolaires de Jacmel

Cette entrée a été publiée dans Blog TPA. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>